Make your own free website on Tripod.com


L’islam est-il la vérité ?



Le Coran est-il la parole de Dieu ? J’expose dans ce tract des raisons pour lesquelles je considère que ce livre a une origine purement humaine et en aucun cas divine. Il est aussi question de la sounna (les sahihs Boukhari et Muslim étant considérés comme canoniques dans le sunnisme). Je vous encourage à jouer le jeu, à chercher à répondre à mes arguments. Si vous séchez, renseignez-vous auprès d’autres musulmans. Les musulmans ont pour devoir de faire la dawa. Cette fois, c’est le contraire, c’est un incroyant qui vient à vous. Mes motivations sont : mon intérêt pour l’exégèse des religions et les débats qui en résultent, mon désire de contrer par l’information des valeurs d’un autre temps érigées en dogme universel et intemporel qui ont amené plus de malheurs que de choses positives et qui, dans bien des cas, empêchent tout progrès, et enfin un souci de vérité (je suis exaspéré par la désinformation religieuse). Aucune doctrine, aucune idéologie ici-bas ne peut prétendre être parfaite. Chacune a ses inconvénients, ses imperfections. Un jour, les humains auront changé et compris qu’une partie en est inacceptable. C’est pourquoi il est dangereux de croire (pire : d’être obligé de croire pour ne pas être « perdu ») qu’une idéologie vient de Dieu, est parfaite, valable en tout lieu et en tout temps. Les conséquences d’une telle croyance peuvent être dramatiques.


I Erreurs du Coran et mauvais exemples de Mohammed:

1) D’après le Coran, la Thora et l’Evangile sont-ils falsifiés ?

Selon le Coran, la Thora et l'Evangile ne sont pas falsifiés. Bien au contraire: selon certains versets, il est clair même que ces livres sont considérés comme authentiques, dignes de confiance du temps de Mohammed par l'auteur du Coran. D'après ces versets, il ressort que si le Coran a raison, alors il est exclu que la Thora et l'Evangile étaient falsifiés du temps de Mohammed. Or nos versions actuelles reposent sur des manuscrits antérieurs à Mohammed (ce qui exclue une falsification après Mohammed). Donc si l'on en croit le Coran, la Thora et l'Evangile ne peuvent pas être falsifiés actuellement. Or le Coran contredit ces livres. Donc le Coran ne peut pas être la parole de Dieu. Etude à ce sujet: http://www.anti-religion.net/coran_bible.htm .


2) Les erreurs scientifiques du Coran :

Le Coran ne contient pas de "miracles scientifiques" ( http://www.anti-religion.net/miracles_coran.htm ), mais au contraire des erreurs, des contradictions avec les connaissances scientifiques actuelles. Exemple: pour l'embryologie, le Coran fait la même erreur que Galien et Hippocrate qui croyaient que la goutte de sperme se transformait elle-même en embryon ( http://www.anti-religion.net/embryologie_coran.htm ) alors qu’un seul spermatozoïde de cette goutte est sélectionné pour rencontrer un ovule, le reste de la goutte est « jeté », ne sert à rien. De même, lorsqu'un individu questionna Mohammed pour savoir si ce dernier était un prophète, ce dernier répondit que la ressemblance de l'enfant dépendait de si le père ou la mère avait éjaculait en premier (Bukhari LV 546, cf. http://www.atheisme.org/hadiths.pdf page 33). Encore une fois la même erreur que Galien et Hippocrate (qui croyaient que la femme éjaculait). Selon le Coran, la Terre et sa végétation auraient été créés avant le ciel et les étoiles ( http://www.anti-religion.net/terre_ciel_coran.htm ).


3) Le comportement du « plus beau modèle » :

Le comportement de Mohammed n'est pas digne d'un prophète, mais plus d'un opportuniste qui a roulé ses contemporains en se faisant passer pour un envoyé de Dieu. Par exemple lorsque Mohammed fit le serment de ne plus jamais passer la nuit avec la servante Mariam, mais que la tentation devint trop forte et qu'un verset vint en aide au "prophète" en lui donnant le droit de rompre son serment et en le réprimandant d’être si dur envers lui-même pour faire plaisir à ses femmes ( http://www.anti-religion.net/serment_rompu.htm ). Ou encore lorsque Mohammed tomba amoureux de la femme de son fils adoptif Zainab (qu'il n'avait pas le droit d'épouser selon les coutumes de cette époque) et qu'un verset fut révélé juste à ce moment-là pour autoriser aux hommes d'épouser les ex-femmes de leurs fils adoptifs, après quoi le fils adoptif du "prophète" divorça de Zainab pour que Mohammed puisse l'épouser ( http://www.anti-religion.net/zainab.htm ). L'épisode des versets sataniques repose sur les sources islamiques: selon le tafsir de Tabari, certains versets auraient été révélés à Mohammed selon lesquels certaines divinités du panthéon mécquois étaient de véritables divinités et que leur intercession était acceptée (polythéisme). Les Mécquois, séduits, se seraient alors convertis à l'islam. Puis, plus tard, Allah aurait révélé que ces versets provenaient en fait de Satan, il les aurait abrogés et remplacés, et aurait consolé le "prophète" en lui disant que déjà pour les prophètes précédents il était arrivé que Satan introduise sa parole dans la révélation, qu'Allah avait alors abrogé les paroles du diable (Coran 52:22): http://www.anti-religion.net/versets_sataniques.htm (article temporairement indisponible car le site vers lequel je renvois est provisoirement fermé). Personnellement, je considère cela comme une ruse pour convertir les Mécquois. Ou encore lorsque Sawda dû faire don à Aïcha de ses nuits avec Mohammed (qui visiblement préférait les femmes très très jeunes à celles de son âge) pour ne pas que ce dernier divorce d'avec elle: http://www.anti-religion.net/sawda.htm .


II Points inacceptables de l’islam :

1) Mise à mort de l’apostat :

Lorsqu’un musulman abandonne sa religion, celui-ci doit être tué d’après le Coran est la sounna. Cette loi s’applique aussi aux enfants des musulmans, ce qui constitue une conversion forcée. A ce sujet : http://www.anti-religion.net/apostasie_islam.htm . Sans cette loi, nous n’aurions jamais entendu parler de l’islam. Du temps de Mohammed, la plupart des tribus de la péninsule arabique s’étaient converties à l’islam par opportunisme ou contraintes par la force. A la mort de ce dernier s’est produite la « grande apostasie » des différentes tribus arabes (ce qui en dit long sur leur désir d’appartenir à l’islam). Abou Bakr les a combattues pour leur imposer à nouveau l’islam. Celles qui ont refusé ont été exterminées. De même suite à la conquête du Maghreb : plusieurs révoltes avec apostasies eurent lieu (ce qui montre à quel point l’islam plaisait aux Berbères). Aujourd’hui ceux qui abandonnent l’islam le gardent pour eux, ce qui fait que personne n’est au courant de leur apostasie. Cela crée l’illusion que tout le monde croit sans problème et donne artificiellement de la crédibilité à l’islam. Lorsqu’un croyant rencontre un ex-croyant et qui de surcroît donne les raisons de son apostasie, cela fait réfléchir. Mais si le croyant ne sait pas qu’il existe des ex-croyants cela le maintient dans la fausse impression que les autres n’ont aucun doute au sujet de l’islam, ce qui, par influence, le pousse à continuer à croire. C’est pour cela que les religions monothéistes reposent sur l’hypocrisie. Si chacun pouvait dire ce qu’il a réellement dans le cœur elles disparaîtraient.


2) Obligation pour le musulman d’habiter dans un état islamique :

Tout musulman est obligé d’habiter dans un pays où la loi islamique est appliquée. Si tel n’est pas le cas, il doit tout faire pour qu’elle soit appliquée là où il vit. Si cela est impossible il doit émigrer vers un pays où elle est appliquée. Mais il n’a pas le droit de reconnaître un gouvernement qui n’est pas musulman. Le gouvernement français, par exemple, est illégal, d’après l’islam. La plupart des musulmans ne sont pas en mesure d’accepter ce principe, c’est pour cela que les enseignants religieux n’insistent pas sur ce point, inconnu de la grande majorité des musulmans (c’est toutefois mentionné dans « Riyad as Salihin », « Le Jardin des vertueux », le célèbre recueil de hadiths). Cependant les enseignants islamiques utilisent la ruse pour manipuler les musulmans modérés : ils font tout pour leur donner l’impression qu’ils sont persécutés, opprimés, le but étant de faire haïr le système politique en place notamment. Un article sur l’obligation d’habiter dans un pays où la loi islamique est appliquée : http://www.anti-religion.net/emigration_islam.htm .


3) Le sort des non-musulmans en islam :

Les dirigeants d’un état islamique doivent inviter les dirigeants des pays voisins à inviter l’islam. Si ceux-ci acceptent et appliquent la charia, ça va. Dans le cas contraire ces pays sont attaqués dans le but d’y imposer la « loi d’Allah ». Les quatre écoles de jurisprudence sunnites s’accordent sur ce point. Ce qui signifie qu’un musulman qui est contre ce principe (c’est le cas de la majorité) ne devrait pas défendre l’islam orthodoxe (comme c’est hélas souvent le cas) mais au contraire rompre clairement avec lui. Dans un état islamique, les seuls non-musulmans tolérés sont ceux qui ont le statut de « gens du livre » (chrétiens, juifs, zoroastriens et sabéens). Ils peuvent conserver leur religion à condition de se soumettre au statut discriminatoire et humiliant de dhimmi (qui comporte par exemple l’interdiction pour des non-musulmans d’employer des musulmans au travail, le musulman doit être en position de force sur l’incroyant, l’interdiction de tenter de convertir un musulman à leur religion, l’interdiction de construire de nouveaux lieux de cultes, l’obligation de payer la jizia et non pas la zakat). A noter que ces « gens du livre » tolérés ne sont en aucun cas des anciens musulmans puisque ceux-ci sont condamnés à mort s’ils témoignent de leur conversion (ce qui favorise l’hypocrisie, les gens mentent en se disant musulmans et gardent leur vraie croyance pour eux). Les « gens du livre » sont les individus pour lesquels aucun ancêtre ne s’est converti depuis la conquête musulmane. Lorsque quelqu’un se convertit, toute sa descendance sera obligée d’être musulmane sous peine de mort. Dans ce sens, la proportion de musulmans ne peut qu’augmenter dans les états islamiques, que cette religion soit la vérité ou non, que cette religion plaise ou non. Si cette religion ne plait pas, la proportion de musulmans n’augmentera que plus lentement. C’est mathématique. Et les non-musulmans qui n’appartiennent pas à la catégorie des gens du livre ne sont pas tolérés dans le Dar-al-islam : ils doivent choisir entre la conversion, la valise ou la mort. Un article à ce sujet : http://www.anti-religion.net/jihad_islam.htm .


4) Le sort des femmes en islam :

Selon Mohammed, les femmes vont plus en enfer que les hommes. Cela tiendrait à leur manque d’intelligence (en effet, d’après le Coran, le témoignage d’une femme vaut la moitié de celui d’un homme, preuve de l’infériorité intellectuelle des femmes selon le « prophète ») et à leur mauvaise pratique de la religion (en islam les femmes sont dispensées de prière et de jeûne quand elles ont leurs règles, mais cela se retourne contre elles puisque cela constituerait un manque en religion remettant en question leur place au paradis, selon Mohammed). Pour reprendre une expression coranique, la femme est « un champ de labour » que l’homme peut labourer quand et comme il veut. Battre sa femme est autorisé, la femme ne peut pas prendre un homme pour mari si son père (ou tuteur) s’y oppose. Si son mari n’est pas satisfait d’elle au lit elle est maudite. Il lui est conseillé de rester à la maison pour garder les biens de son mari, et de ne pas trop se montrer comme à l’époque de la Jahiliah. A ce propos : http://www.anti-religion.net/femmes_islam.htm .


5) Interdiction de la musique selon la sounna :

D’après la sounna, la musique serait interdite ! Alors là, il faut le faire, une religion qui va aussi loin dans la négation du plaisir. Il y a quelques exceptions mais elles sont très restrictives. Beethoven ou Jean Sébastien Bach, c’est comme Madonna ou Michael Jackson d’après l’islam sunnite : péché. A ce sujet : http://www.anti-religion.net/musique_islam.htm .


III Mentir pour Mohammed : les mensonges des « savants musulmans » :

1) Spectaculaires mensonges du savant Hamidoullah (connu pour sa traduction du Coran en français)

Lors de ma recherche sur l'islam j'ai été étonné par la volonté de tromper qui animait les propagandistes de l'islam. Si les musulmans et les non-musulmans prenaient connaissance du contenu de l'islam, ils partiraient en courant, et l’on irait vers une grande apostasie. C'est pour cela que les responsables de l'islam n'ont pour l'instant aucun intérêt à favoriser la recherche au sujet de cette religion. Il leur est en revanche nécessaire de mentir, de déformer la réalité, de ne pas tout dire... Afin de présenter une autre religion sous le nom "islam" au musulman modéré ou à l'incroyant, qui ne sont pas en mesure d'en accepter le contenu. Exemple: Hamidoullah, le savant de l'islam francophone par excellence, celui qui est à l'origine de la traduction du Coran en français la plus répandue. Dans son livre "Initiation à l'islam", il ne cesse d'user de takia (ruse pour tromper dans le but de propager l'islam). Il va même jusqu'à écrire un mensonge énorme. Dans le paragraphe 297, il nous dit:

Dans un intéressant passage, le Qoran (47:35) enjoint la paix, disant: "Ne faiblissez donc pas, mais appelez à la paix, alors que vous avez le dessus; Dieu est avec vous, et il ne portera pas préjudice à vos oeuvres"

Maintenant, que dit le verset 35 de la sourate 47? Prenons la traduction de Hamidoullah (la sienne, donc).

47.35. Ne faiblissez donc pas et n'appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus hauts, qu'Allah et avec vous, et qu'Il ne vous frustrera jamais [du mérite] de vos oeuvres.

Vers un article au sujet des mensonges de du livre « Initiation à l’Islam »: http://www.anti-religion.net/hamidoullah.htm (autre version: http://www.coranix.com/biblio/initiation.htm ).


2) Le CIRS (Centre International de la Recherche Scientifique)

Les chercheurs de cet institut font la promotion d'un livre sur le soi-disant "miracle numérique du Coran" (en fait réfuté), et affirment avoir été convaincu que le Coran est bien la parole de Dieu. Problème: le CIRS n'existe pas, c'est un mensonge dans un but de prosélytisme. Pourtant, quand quelqu'un réfute le miracle numérique, souvent il reçoit une réponse de ce style: "Qui es-tu pour contredire les plus grands scientifiques du monde? Crois-tu peut-être être plus intelligent qu'eux?". Alors que tout cela ne repose que sur la tromperie... Article à ce propos: http://www.anti-religion.net/tromperies_islam.htm . Discussion sur un forum à ce propos (avec notamment une réponse du CNRS et d’un autre institut, après qu’un participant les aie avertis qu’on utilisait faussement leur identité dans le but de faire du prosélytisme) : http://quebectech.darktech.org:8080/religion/viewtopic.php?t=798 (à partir du 4ème post).


3) L’effet d’autorité, d’influence

Quand on lit la propagande islamique sans bien connaître l’islam, on a tendance a être convaincu que l’islam est bien la vérité. Des scientifiques prétendent que le Coran contiendrait des affirmations scientifiques inconnues à l’époque de Mohammed, que ce serait un miracle, la preuve de l’origine divine de ce livre. Quand on lit les sites musulmans (exemple caricatural : http://www.air-islam.com/liens/Sabre.htm ) on a l’impression que c’est la ruée sur l’islam, que les médias s’acharnent à donner la plus mauvaise image possible de cette religion et que malgré tout la progression de cette religion est spectaculaire, que de plus en plus de gens (tous ceux qui ont fait des recherches sincères, sans préjugés) ont reconnu la vérité dans l’islam. Ensuite, quand on lit soi-même le Coran et la sounna, on a une très mauvaise impression (cf. le témoignage du webmaster du site Anti-Religion qui a pris des rendez-vous avec des musulmans, des imams, pour régler les problèmes rencontrés lors de la lecture du Coran, rendez-vous qui n’ont fait que confirmer ce qu’il avait lu dans les sources islamiques : http://www.anti-religion.net/temoignage.htm ). On se demande alors comment certains peuvent-ils être aussi enthousiaste à propos de l’islam. Mais on se dit que tous ces convertis, ces scientifiques, ne peuvent pas avoir tord, et on reste plus ou moins convaincu de la véracité de l’islam, malgré tout ce qu’on a lu et l’impression qu’on en a eue. La plupart des gens (y compris des musulmans !) ne sont pas en mesure d’accepter le contenu de l’islam. D’où l’existence de toute cette propagande. Plus on fait des recherches sur l’islam plus on est scandalisé, et plus on rencontre d’éléments qui montrent que cette religion n’est pas la vérité. Mais il est très difficile de se défaire de ce que l’on a entendu ou lu sur des sites musulmans notamment, et l’on continue malgré tout un bon moment à se dire que c’est soi-même qui déconne et qu’il serait étrange que tous ces convertis, ces scientifiques, aient tord. Bien souvent, la conviction que l’islam est la vérité ne repose pas sur un jugement personnel mais sur cette influence qui le contredit. C’est pourquoi lors d’une recherche sur l’islam il est nécessaire de lire directement les sources islamiques (Coran, sounna), et de considérer aussi bien les points de vue incroyants que ceux des musulmans, en renvoyant les arguments des uns aux autres pour leur demander ce qu’ils en pensent, tout ceci en gardant l’esprit critique. Un article à propos de l’effet d’autorité, d’influence : http://www.anti-religion.net/mon_impression.htm (le webmaster de ce site avait songé à se convertir à l’islam à une époque).


IV La croyance obligatoire pour échapper à l’enfer définitif

Enfin, un gros problème de l’islam repose sur la condition pour être sauvé. Il ne faut pas faire le bien autour de soi, mais croire, être sûr et certain que l’histoire qu’on nous a racontée est vraie. Ce dogme a été inventé par les premiers chrétiens, dans le but de dissuader leurs coreligionnaires de se poser des questions au sujet de leur religion, de la remettre en question. Lors d’un débat, le musulman doit continuer à être sûr que le Coran est la vérité, quelles que soient les évidences qui vont dans le sens contraire. Lorsqu’il lit le Coran il doit le lire sous cet angle. Il ne peut pas se permettre d’émettre l’hypothèse qu’il se soit trompé sur ce point ou que son opinion à ce sujet changera un jour : il ne croirait plus, par définition. Lorsque le musulman sera en présence d’un élément lui indiquant que le Coran n’est pas la parole de Dieu, il interprètera cela comme une attaque de Satan pour lui faire perdre sa foi, à laquelle résister est un bien. Ainsi, ce dogme de la « foi obligatoire pour être sauvé » empêche toute réflexion honnête. C’est pour cela que les fois chrétienne et musulmane se perdent difficilement. Exemple : le webmaster du site Anti-Religion connait un chrétien qui avait l’intention de faire des études d’océanographie. Au bout de quelques mois il a abandonné l’université car ses professeurs disaient des choses en contradiction avec la Bible et il a eu peur pour sa foi. De même Al Ghazali a renoncé à son poste d’universitaire et à la philosophie grecque pour la même raison. Autre exemple : le webmaster du site Anti-Religion avant qu’il ne quitte le christianisme : http://www.anti-religion.net/temoignage.htm .

Je ne pense pas que Dieu nous juge sur notre degré de certitude à propos de choses auxquelles nous n’avons pas accès. Surtout si en plus lorsque l’on s’informe sur l’objet de cette foi on se rend compte que les prétentions du « livre saint » (à savoir être la parole de Dieu) ne peuvent pas être vraies. Quel mérite y a t’il à être sûr malgré les évidences ? La seule condition pour être sauvé est-elle de croire en dépit du bon sens ? Au contraire, je pense que Dieu préfère que nous reconnaissions que nous ne savons pas quand nous ne pouvons pas savoir. Dieu ne nous jugera pas en fonction de notre croyance en telle ou telle religion (ni même en fonction de notre croyance en lui). Un article au sujet du doute et de la foi obligatoire comme condition pour être sauvé : http://www.libresansdieu.org/pmwiki/pmwiki.php?n=Main.Doute .